(…)
je pense à la chaleur que tisse la parole
autour de son noyau le rêve qu’on appelle nous

Tristan Tzara

Publicités